Assurance vie. Explication et comparatif sur la fiscalité, les frais, la succession et les bénéficiaires d’un contrat d’assurance vie.

Quel rendement pour une assurance vie ?

Ce que l’on peut dire avec certitude c’est que les taux de rendement de l’assurance vie baissent un peu plus chaque année. Cette tendance concerne avant tout les contrats pour lesquels l’épargnant investit ses économies en euros. En 2014 le rendement d’une assurance vie s’élevait en moyenne à 2,5% hors prélèvement sociaux. En 2015, ce chiffre devrait être sensiblement identique, voire un peu revu à la baisse. Toutefois, l’investissement de son épargne dans une assurance vie reste une valeur sûre. Un acte bien plus rémunérateur que de placer son pécule dans un livret de type A dont le rendement est aujourd’hui inférieur à 1% par an.

 

Pourquoi le rendement de l’assurance vie baisse ?

Les assurances vies avec fonds en euros sont massivement investies dans des obligations d’État. Par exemple, si votre contrat comporte des obligations remboursables à moins de cinq ans le taux rémunérateur est inférieur à 1%. Environ 2,40% pour celles à 10 ans et 3,60% pour les durées comprises entre 15 et 50 ans. Actuellement, si tous les contrats d’assurance vie en euros baissent, cette chute reste limitée.

La raison ?

Les assureurs disposent encore de beaucoup d’actifs qui rémunèrent les encours de fonds. Des actifs acquis il y a plusieurs années et encore nombreux sur le marché. Mais, d’ici 3 à 5 ans, le déclin devrait être plus prononcé, se calant sur les rendements actuels des obligations d’État. Véritables baromètres de la santé financière du pays.

 

Comment pallier la baisse de rendement d’une assurance vie ?

Pour pallier la baisse de rendement d’une assurance vie, il faut désormais se tourner vers les fonds en unité de compte. Ces placements, plus lucratifs, peuvent profiter bien davantage aux épargnants. En 2013, ce type de contrat rapportait en moyenne 8,2% par an. Un chiffre alléchant qui ne doit pas masquer les risques de perte d’une épargne basée à 100% sur ces fonds en unité de compte souvent volatiles.

La solution ?

Opter pour un contrat multisupports qui permet de panacher fonds en euros et en unité de compte pour maximiser vos gains tout en minimisant les risques de perte.